Pourquoi miser sur les soft skills et les mad skills pour recruter ?

Posté le Apr 11, 2022

Par Tiphaine

Tiphaine

Partager cet article

Lien de partage vers LinkedInLien de partage vers TwitterLien de partage vers FacebookLien de partage vers MessengerLien de partage vers Whatsapp
Cerveau et loupe.

Il y a plusieurs décennies, on recrutait un collaborateur au vu de son CV et de sa lettre de motivation, mais les pratiques de recrutement évoluent et les pratiques des candidats avec !

👉 Désormais, il est acquis qu'un collaborateur n’est plus seulement la personne adéquate pour la fiche de poste, c’est surtout une identité propre et différenciante qui peut apporter une plus-value unique à l’entreprise.

Méthodes de travail, compétences atypiques, loisirs utiles…on ne compte plus les soft skills et les mad skills qui ont changé la face d’une organisation !

  • Qu’est-ce que les soft skills, les mad skills et les hard skills ?
  • Que peuvent-elles apporter à une entreprise ?
  • Pourquoi miser sur ces dernières pour recruter ?
  • En quoi la cooptation peut permettre au recruteur de sourcer efficacement ces capacités uniques et complémentaires ? 

Basile a mené l'enquête pour vous ! 🧐

1. Hard skills, soft skills, mad skills, késaco ? 

Ils sont autant de néologismes que de qualifications certaines : les hard skills, les soft skills et les mad skills ont le vent en poupe ces dernières années, et on comprend pourquoi ! 

👉  Les Hard Skills

On pourrait les traduire comme “compétences en dur” ou bien “compétences brutes”. Les hard skills correspondent aux compétences scolaires ou professionnelles acquises durant l’apprentissage.

Il s'agit des compétences présentes sur le CV, qui décrivent nos aptitudes professionnelles et les tâches que l’on sait réaliser. Maîtrise de Photoshop, niveau d’anglais, obtention d’un Bachelor, connaissance des logiciels de comptabilité… Bref, on l’aura compris, rien de nouveau sous le soleil mis à part un anglicisme qui redore le portrait de ce que l’on a toujours appelé “compétences”. 

👉  Les Soft Skills

Très à la mode depuis environ 5 ans, notamment depuis l’apparition du Covid-19 et du télétravail, les soft skills désignent les qualités personnelles ou intrapersonnelles du collaborateur.

Comprenez : ses qualités humaines et sociales, et sa manière de se comporter vis-à-vis de ses collaborateurs, de sa position ou de ses tâches. En clair, son savoir-être.

Par exemple, le fait d’être souriant, d’être empathique, pédagogue, créatif, de savoir gérer son stress… En général, toutes les instances de l’intelligence émotionnelle peuvent être dénommées comme des soft skills.

👉  Les Mad Skills

Petites dernières de la trilogie des skills made in recrutement : les Mad skills.

“Compétences folles”, les Mad skills désignent ces singularités qui animent un collaborateur : champion de karaté, afficionado d’escape games, passionné de littérature latine. Qu’ont en commun ces passions peu communes ? Elles témoignent d’une caractéristique différenciante du collaborateur : 

  • 🥋 s’il est champion de karaté, c’est quelqu’un de combatif, 

  • 🧶 s’il est fan d’escape games, c’est quelqu’un qui aime se creuser les méninges et résoudre des problèmes, 

  • 📖 enfin, s’il est passionné de littérature latine, c’est quelqu’un qui n’abandonne pas facilement !

2. Lesquelles privilégier ? 

Les Hards Skills ne suffisent plus, mais les Soft Skills et les Mad Skills ne peuvent pas combler un manque de compétences.

🎯 Des compétences complémentaires pour trouver le candidat idéal

Il ne s’agit pas de sélectionner un type de compétences parmi les autres, mais plutôt de faire en sorte de les associer, pour trouver le collaborateur qui matchera avec votre entreprise. ⁠En effet, tout porte à croire que s'il réunit ces qualités, il aura de meilleures chances de s'épanouir à long terme dans son poste et votre entreprise !

La question n’est pas d’imposer au candidat de présenter des mad/soft skills pour l’embaucher, ni de durcir les process de recrutement en ce sens, mais plutôt d’être attentif aux traits de personnalité des nouvelles recrues pour une évaluation plus pertinente de leur profil.

🙋‍♀️ Aspirer à un travail qui valorise l’identité personnelle

Auparavant, le lieu de travail masquait les aspirations identitaires des collaborateurs et tendait à uniformiser le tout.

Désormais, les collaborateurs recherchent une entreprise qui reconnaisse davantage leur individualité, qui leur offre une gestion de carrière satisfaisante et une expérience de travail qui a du sens. En effet, ce besoin s'est renforcé ces dernières années avec la pandémie et le télétravail, à tel point que 86% des actifs considèrent que le sens au travail est important selon une étude Somanyways publiée cette année.

Dorénavant, le but est justement de capter leur différenciation et de l’intégrer dans l’organisation pour la faire grandir. Cette manière de reconnaitre et mettre à contribution les qualifications et passions personnelles de chacun est d'autant plus utile à l’entreprise qu'elle est satisfaisante pour le collaborateur. 

👨‍💼 Attention à ne pas perdre l'équilibre

Il ne s’agit pas de se baser uniquement sur les mad skills et sur les soft skills du collaborateur pour gérer le quotidien, puisqu’alors tout risquerait de peser sur lui et de devenir épuisant. Il s’agit plutôt de le laisser gérer les situations à sa manière lorsqu’une adéquation entre la problématique et ses aptitudes est constatée. ⁠ 👉 l'organisation d’un planning d’équipe pose problème ? La tâche plaira certainement à l'amateur d’escape games ou de sudoku. ⁠ 👉 Vous peinez à choisir le bon prestataire pour une sortie sportive team building ? Le passionné de sports collectifs pourra certainement vous aider à trouver la structure idéale. ⁠ 👉 Vous souhaitez élargir votre ligne éditoriale et vous attaquer à des tâches de fond ? L’ancien étudiant en philosophie sera certainement prêt à rédiger des articles ou à problématiser certains cas de figure. 

3. Quelles sont les hard skills, les soft skills et les mad skills les plus recherchées par les recruteurs ? 

Pour notre plus grand plaisir, LinkedIn a réalisé des statistiques sur les candidatures et les recrutements de l’année 2021, et nous communique ses données !

💡 Le saviez-vous ? 

  • 50% des employés ont dû se former à nouveau aux hard skills en 2021 (et oui, les pratiques évoluent !)

  • 67% des recruteurs sont prêts à privilégier les soft skills aux hard skills

  • ce dernier chiffre grimpe de 5% dans les secteurs du marketing et du digital !

Les soft skills les plus convoitées

Les 5 soft skills auxquelles les recruteurs attachent le plus d’attention sont les suivantes : 

  1. Le sens de l’efficacité.

  2. L’organisation.

  3. Le sens de la communication.

  4. L’intelligence émotionnelle.

  5. L’intelligence sociale.

🧠 Bon plan : l’article compile des tutoriels Linkedin, des vidéos Youtube et des conférences TedX pour parfaire vos soft skills (communication, intelligence émotionnelle, créativité…) !

Les hard skills les plus prisées

Toujours selon Linkedin, les hard skills les plus demandées en 2021 étaient : 

  1. Blockchain.

  2. Conception de vidéos.

  3. Cloud Computing.

  4. Web analytique.

  5. IA (Intelligence Artificielle).

Bien sûr, ces dernières dépendent essentiellement du marché du travail, de l’évolution des demandes et des secteurs qui recrutent. Au vu de cette liste, on voit bien que nous sommes dans l’ère du web !

Les mad skills les plus appréciées 

Selon e-works cette fois, les mad skills les plus appréciées chez un candidat sont les suivantes : 

  1. Habitué des sports d’équipe (montre un esprit d’équipe, d’entraide et de convivialité).

  2. Bénévole occasionnel ou régulier (démontre une intelligence émotionnelle et un investissement pour la cause).

  3. Pratiquant d’activités créatives (fait preuve d’autonomie, de curiosité et d’une capacité à se remettre en question). 

4. La cooptation : une méthode de choix pour identifier les skills des candidats

La mise en avant les soft skills et les mad skills est de plus en plus répandue chez la génération Z.

Néanmoins, elle n’est pas encore automatique pour la génération Y. Sans compter que certains candidats n’estiment pas la valeur de leurs qualités personnelles et de leurs hobbies…

Il s’agit ainsi d’une difficulté complémentaire dans le process d’embauche puisque le recruteur ne dispose pas de la totalité des informations. En revanche, la cooptation est l’outil idéal pour capter les hard, soft et mad skills de chacun. 

📣 La cooptation, un outil de captation de 3 skills

Qui mieux que l’un des proches de vos candidats peut vous renseigner sur ses hobbies, ses passions et ses qualités émotionnelles ? Entourez-vous d’une équipe de choix pour chasser la perle rare et interrogez vos collaborateurs sur les candidats qu’ils souhaitent coopter !

Qui plus est, il y a fort à parier que ces derniers aient déjà partagé un moment de convivialité autour de l’une des pratiques favorites du candidat : ont-ils déjà assisté à l’une de ses compétitions d’arts martiaux ? Découvert son repère de passionné d’astronomie ? Arpenté les montagnes avec ce grimpeur de l’extrême ?

Questionnez-les, tout en respectant la sphère de l’intimité bien sûr !

🙌 Intégrez la question des 3 skills à votre process de cooptation

Lorsque l’on vous présente un candidat, demandez au collaborateur de décrire ses aptitudes émotionnelles et ses hobbies, créez donc un questionnaire à cet effet en lui demandant de citer éventuellement quelques exemples.

💡 Pour bien distinguer les questions que vous pouvez poser des questions indiscrètes, demandez-vous quelles questions vous poseriez à l’intéressé en entretien.

Tiphaine

Tiphaine

Poster un commentaire

Articles associés