Recrutement : gagner la guerre des talents grâce à la cooptation

Posté le Dec 13, 2021

Par Clarisse

Clarisse

Partager cet article

Lien de partage vers LinkedInLien de partage vers TwitterLien de partage vers FacebookLien de partage vers MessengerLien de partage vers Whatsapp
Personnes cadres devant une courbe de croissance, présentées comme des super-héros.

C’est un fait, les entreprises ont de plus en plus de mal à recruter et fidéliser leurs talents ! 🧠

En 2019, 6 métiers sur 10 étaient en forte tension de recrutement, contre 1 sur 4 seulement en 2015, selon une étude du Ministère du Travail de l'Emploi et de l'Insertion. ⁠Cette tendance s’est aggravée ces dernières années avec la pandémie que nous connaissons. ⁠ ⁠En 2021 les déclarations d’embauche n’ont jamais été aussi nombreuses depuis 2000 mais paradoxalement, si la France renoue avec la croissance, le monde professionnel manque de candidats. La forte demande d’emplois constatée dans certains secteurs ne coïncide pas avec l’offre de compétences disponible.

Pour gagner cette guerre des talents, les recruteurs doivent se montrer créatifs afin de combler les besoins de leurs entreprises.

👉 Quelles sont les entreprises les plus touchées par cette pénurie de talents ? 

👉 Pourquoi la cooptation est-elle devenue une arme de choix pour les employeurs ?

Basile a mené l’enquête pour vous. 🔎

1) Quelles sont les entreprises en première ligne ? 

Bien que tous les secteurs d’activité soient affectés par cette pénurie, certains en souffrent plus que d’autres ! Dans ce contexte, la cooptation est devenue un véritable pilier de leurs processus de recrutement. Selon une étude de l’APEC réalisée en 2017, les entreprises qui utilisent le plus la cooptation évoluent sur les secteurs de :

  • l’informatique (68%) 👨‍💻
  • l’ingénierie R&D (53%) 🔬
  • l’industrie automobile, aéronautique, et autres matériels de transport (46%) 🚋.

Pour ces entreprises dont le cœur de métier repose sur des compétences pénuriques, la cooptation est un levier de recrutement essentiel car il s’agit d’une méthode particulièrement efficace pour toucher des profils rares. En effet, elle offre un accès privilégié à un vivier de candidats passifs. Très sollicités et souvent peu réceptifs aux approches traditionnelles, ces talents sont plus à l’écoute d’une offre si elle vient d’un proche.

À noter qu’au-delà du secteur d’activité, la cooptation est historiquement utilisée pour pourvoir des postes à responsabilités. 73% des recruteurs utilisent la cooptation pour trouver des profils d’experts car ce canal de recrutement permet notamment de limiter les erreurs de castings. L’enjeu est de taille sur ces postes car ces collaborateurs sont déterminants pour le bon fonctionnement de l’entreprise.

2) La cooptation : arme clé d’une stratégie de recrutement performante 

Force est de constater que pour rester compétitifs dans cette bataille acharnée pour recruter les meilleurs, les recruteurs doivent innover.

Au cœur de cette démarche, la cooptation est devenue l’un de leurs canaux de sourcing préférés. À tel point qu’en 2019, 89% des recruteurs déclaraient miser sur la cooptation en France !

📕 Détaillons les 3 atouts de la cooptation qui séduisent le plus les recruteurs, par ordre d’importance.

Des délais de recrutement plus courts ⌚

En 2018, les recruteurs estimaient faire 80% d’économie de temps sur l’étape de présélection grâce à la cooptation, selon une étude menée par l’APEC.

La durée du processus de recrutement est considérablement raccourcie : 20 jours, contre 60 jours en moyenne pour un recrutement classique.

La pertinence des dossiers, ainsi que le nombre réduit d’entretiens à faire passer, permettent d’intégrer les nouveaux collaborateurs plus rapidement que via d’autres canaux de recrutement.

Une diminution des coûts de recrutement 💸

La cooptation est un canal de sourcing complémentaire efficient. Elle réunit le meilleur des mondes entre jobboards et cabinets de recrutement.

En effet, recruter via les jobboards est chronophage. Si ce canal permet d’obtenir un grand nombre de candidatures, la qualité n’est pas souvent au rendez-vous. A contrario, la cooptation va permettre de dénicher des profils plus pertinents avec un taux de conversion, de fait, plus important. Il suffit en moyenne de 10,4 candidats recommandés contre 100 venus des jobboards pour aboutir à une embauche.

Quant au cabinet de recrutement, il s’agit d’un canal de sourcing particulièrement onéreux. Le recours à un chasseur de tête peut s’avérer intéressant pour certains postes clés. Pour autant, cette méthode n’est pas avantageuse lorsque l’entreprise a de nombreux postes à pourvoir. Là encore, la cooptation présente un avantage concurrentiel de taille. Le coût du recrutement afin de trouver des collaborateurs qualifiés est moindre. À titre d’exemple, un outil de recrutement par cooptation tel que Basile permet d’économiser jusqu’à 15 000€ par rapport à un recrutement classique.

La cooptation a également un impact considérable sur la capacité de l’entreprise à attirer les talents sur le long terme. En effet, cette méthode booste la marque employeur. Un collaborateur que l’on invite à coopter devient un ambassadeur de l’entreprise, vecteur de son ADN et de ses valeurs auprès de son entourage.

Une meilleure qualification des candidats 💼

Les candidatures obtenues grâce à la cooptation sont plus pertinentes et plus fiables car ce canal de recrutement repose sur un acte d’engagement entre :

  • le coopteur et son entreprise :

Cette méthode responsabilise le collaborateur de l’entreprise en l’impliquant dans son processus de recrutement. Ce geste témoigne de la confiance que l’employeur place en lui. Il s’agit de reconnaitre le salarié comme moteur du développement de la société.

En retour, le collaborateur se porte garant des profils qu’il propose. Il s’assure de leur qualité et de leur adéquation avec les valeurs de l’entreprise. Il forme un premier filtre de sélection entre la diffusion de l’offre et la réception de la candidature par le recruteur.

  • le coopté et le coopteur :

Réciproquement, le candidat coopté, conscient de sa responsabilité vis-à-vis du coopteur, s’engage à mener à bien le processus de recrutement et ses potentielles missions.

La loyauté mutuelle induite par la cooptation agit également sur sa motivation.

De plus, le coopté bénéficie généralement de l’accompagnement de son coopteur en amont et en aval de son embauche, ce qui favorise son intégration et lui permet d’être plus rapidement opérationnel.

Résultat : une plus forte rétention des candidats cooptés… et des collaborateurs ! 👩‍⚕️👷‍♂️

La cooptation booste le taux de rétention des salariés et réduit le turnover. Les chiffres parlent d’eux-mêmes :

La cooptation permet également de conserver ses talents. En effet, plusieurs études démontrent que les salariés coopteurs restent plus longtemps dans l’entreprise.

📌 Conclusion

Aujourd’hui, alors que le phénomène de rareté des talents sur le marché du travail va croissant, la cooptation conquiert de nombreuses entreprises.

Adoptée en premier lieu par les entreprises évoluant sur des secteurs concurrentiels et dont le cœur de métier requiert des expertises spécifiques, elle s’étend désormais à tous les secteurs d’activités.

Et pour cause ! 

C’est un moyen de recrutement complémentaire qui présente un grand nombre d’avantages pour les employeurs. Il s’agit d’un catalyseur de marque employeur qui permet d’obtenir des candidatures qualifiées et de gagner du temps sur le processus de recrutement. C’est également une méthode de recrutement efficiente qui aide les entreprises à faire face à leurs besoins en recrutement, à leurs difficultés à trouver des collaborateurs qualifiés et fiables, et de limiter leur recours aux cabinets de recrutement.

Vous souhaitez impliquer vos collaborateurs dans votre recrutement grâce à un programme de cooptation innovant ? 👉 Téléchargez gratuitement notre Guide de la cooptation 2022 pour découvrir les bonnes pratiques et les erreurs à éviter !

Clarisse

Clarisse

CMO @Basile

Poster un commentaire

Articles associés