Recrutement : 5 idées reçues sur la cooptation en entreprise 

Posté le Jan 10, 2022

Par Clarisse

Clarisse

Partager cet article

Lien de partage vers LinkedInLien de partage vers TwitterLien de partage vers FacebookLien de partage vers MessengerLien de partage vers Whatsapp
Homme à cheval sur une ampoule dans le ciel.

Devant la difficulté à recruter des talents, de plus en plus d’entreprises ont recours à cette méthode de recommandation entre pairs. Malheureusement, la cooptation est souvent victime de clichés. L’efficacité de cette pratique n’est plus à démontrer mais elle doit être bien encadrée pour en retirer tous les bénéfices.

👉 Dans cet article, nous reviendrons sur les 5 infox les plus courantes sur la cooptation.

📌 Qu’est-ce que la cooptation ?🤝

Tout d’abord, revenons sur la définition de la cooptation. 

📚 La cooptation provient du latin coopatio.

Il s’agit historiquement d’un mode de désignation par lequel les membres actuels d’un groupe ou d’une assemblée choisissent les nouveaux membres. Lorsqu’elle est transposée à l’entreprise, on l’appelle aussi recrutement collaboratif, participatif ou par recommandation.

Il s’agit d’impliquer ses collaborateurs dans le recrutement de l’entreprise pour qu’ils proposent des candidats potentiels via leur réseau. 

👉 Si la méthode est très ancienne, son institutionnalisation et sa digitalisation est plus récente. Elle s’est développée dès les années 2000 avant de connaitre un véritable essor en France et aux États-Unis dès 2012

Le principe est simple mais il n’en reste pas moins compliqué à mettre en place de façon efficace, durable et pérenne, sans un accompagnement adapté.

Détaillons maintenant les 5 idées reçues les plus entendues sur la cooptation.

Idée reçue n°1 : La cooptation engendre du "clonage" 👨‍💼👨‍💼

Une des idées reçues les plus courantes à propos de la cooptation est qu’elle engendrerait un manque de diversité au sein de l’entreprise. Cette première intox part du postulat que les collaborateurs ne recommanderaient que des personnes aux profils similaires, ce qui ne laisserait donc pas place aux profils atypiques. 

🟢 Heureusement, nous avons tous dans nos réseaux des profils variés. 👨‍👨‍👧‍👧 ⁠Bien que nos connaissances aient suivi la même formation, vécu dans la même ville, ou travaillé dans le même secteur d’activité, les évolutions de carrières peuvent être multiples. Par ailleurs, si les hard skills sont similaires, il est évident qu’il n’en sera pas de même en ce qui concerne les soft skills. 

👉 A noter que : la cooptation ne remplace pas le travail du recruteur !

Si la cooptation facilite le travail du recruteur en lui donnant accès à ses candidatures plus qualifiées, elle ne remplace pas son analyse.  

C’est à ce dernier de sélectionner les candidats les plus appropriés en fonction des enjeux identifiés pour éviter les dérives. Son rôle est également de rester vigilant et de garantir la diversité au sein de l’entreprise.

Idée reçue n°2 : La cooptation c'est du piston 

Parmi les idées reçues qui reviennent le plus : comparer la cooptation à du piston. 

👉 Le piston est le principe de bénéficier d’un accès privilégié à un poste en raison de liens interpersonnels privilégiés avec le décideur au détriment du mérite et des compétences. Le principe étant d’inclure le collaborateur dans le processus de recrutement, il est courant de penser que le coopteur va tenter d’en faire profiter ses proches. 

🟢 La démarche est différente lorsque l’entreprise fait appel à ses collaborateurs pour bénéficier d’un vivier de candidats potentiels. Il s’agit d’un moyen de sourcing complémentaire. 

🔎 Les personnes cooptées n’ont pas de traitement de faveur, elles intègrent ensuite le processus de recrutement classique qui ne les favorisera pas si elles ne sont pas en adéquation avec les besoins de l’entreprise. 

En outre, le coopteur doit justifier de sa recommandation. Il présente un candidat à l’entreprise en raison de ses compétences et ses qualités professionnelles, et non pour l’affection qu’il lui porte. D’où l’intérêt de créer un système de notation des cooptations qui préqualifie la force de la candidature en fonction du degré de connaissance des capacités professionnelles du candidat par le coopteur. 

La cooptation a pour effet de responsabiliser le collaborateur. Ce dernier se porte garant des personnes qu’il coopte et comprend bien que l’entreprise cherche des profils adaptés aux offres. 

🚨 Par ailleurs, le collaborateur n'a pas intérêt à "pistonner" car il risque fortement de ne pas voir ses candidats finaliser leur processus de recrutement. 

Idée reçue n°3 : La cooptation favorise les conflits internes 

💡 Lorsque l’on fait des sondages auprès des collaborateurs coopteurs, on constate que le premier moteur de cooptation pour les collaborateurs est avant tout d’aider quelqu’un de leur réseau. ⁠👉 En ce sens, l’envie de permettre à quelqu’un que l’on estime d’intégrer un poste qui l’intéresse prime sur la perspective d’une rétribution financière.  ⁠ 💡 ⁠Si cette méthode déclenche des conflits chez certains, c’est sûrement qu’il y en avait déjà avant la mise en place d’un programme de cooptation ! 

Les collaborateurs étant garants des personnes cooptées, ils n’ont pas d’intérêt à « gonfler leurs scores » en cooptant à tout va. En ce sens, il n’y a pas d’effet de course ou de compétition mais simplement la possibilité de recommander quelqu’un que l’on pense compétent pour un poste.

Idée reçue n°4 : La cooptation encourage le marché caché de l’emploi

Là aussi, il s’agit d’une intox. Les entreprises ne se reposent pas uniquement sur la cooptation afin de dénicher les profils qui leur correspondent. 

👉 Une entreprise n’a pas intérêt à limiter la visibilité qu’elle donne à ses offres si elle veut recruter efficacement.

💡 En effet, dans la majeure partie des cas, les canaux de recrutement comme les jobboards, les cabinets de chasse de têtes, le site carrière, … sont utilisés en même temps que la cooptation. 

👥 Cette erreur d’appréciation est sans doute due au fait que la cooptation permet d’accéder à ce que l’on appelle la « zone grise »

Elle est formée par les personnes qui ne recherchent pas activement un emploi mais qui pourraient être intéressées par un nouveau défi et comprend les candidats passifs. Cette zone grise est une partie de ce que l’on appelle le marché invisible de l’emploi qui correspond également aux candidatures spontanées. Cependant, la majeure partie du marché est visible et ne pas profiter des plateformes traditionnelles n’est pas envisageable pour une entreprise.

Idée reçue n°5 : Récompenser les salariés revient plus cher qu’un recrutement traditionnel

Tout d’abord, si la prime de cooptation est un bon levier pour impliquer les collaborateurs dans votre processus de recrutement, elle n’est pas systématique. ⁠👉 Cela étant dit, la plupart des entreprises encouragent leurs salariés à s’engager dans leur processus de recrutement en leur attribuant des récompenses, au même titre qu’un commercial reçoit une prime lorsqu’il apporte des nouveaux clients. 

🟢 La grande question est : un bon CV doit-il être rémunéré ?

Comme le dit l’expression « tout travail mérite salaire ». Mettre en place une prime est un fait plutôt intuitif pour l’entreprise car toute personne impliquée dans son métier peut voir son salaire augmenter ou même son poste évoluer. 

💡 Par ailleurs, on pense souvent que cette prime est de nature pécuniaire mais il faut savoir qu’elle peut prendre diverses formes :

  • Cadeaux, goodies de l’entreprise, bons d’achat, points, 
  • Dons à des associations caritatives,
  • Congés, offres de formation…  

👉 Qu’importe la prime choisie, la cooptation restera toujours une alternative efficiente, plus compétitive :

  • qu’un cabinet de recrutement qui prendra une commission de 5 à 20% du salaire annuel du futur employé,
  • que les jobboards au vu du coût de la licence, du prix de la diffusion de l’annonce et du temps perdu par les recruteurs à traiter un grand nombre de candidatures non qualifiées.

💼 L'info : La cooptation c’est surtout un canal de sourcing complémentaire qui permet d’obtenir plus de candidatures qualifiées, fiables, à moindre coût 🚀!

Ses avantages sont nombreux : 

  • Recruter mieux : les candidatures sont plus qualifiées et plus fiables. 🚀
  • Recruter plus vite : le processus de recrutement et l’intégration des candidats est plus rapide. ⌚
  • Réduire votre turn-over : cooptés et coopteurs restent plus longtemps en entreprise. 👨‍👨‍👧‍👧
  • Responsabiliser et engager vos collaborateurs qui deviennent vos ambassadeurs ! 🤝
  • Diminuer vos coûts de sourcing : et ceci, malgré une éventuelle prime de cooptation. 💸
  • Muscler votre marque employeur grâce à vos collaborateurs. 💙

🔍 Pour aller plus loin et découvrir les avantages de la cooptation consultez notre Guide de la cooptation, disponible en téléchargement gratuit.

Clarisse

Clarisse

CMO @Basile

Poster un commentaire

Articles associés